Assassinat de Lara Rijs : le légiste révèle que l’agresseur lui avait tranchée la gorge jusqu’à sa colonne vertébrale
Assassinat de Lara Rijs : le légiste révèle que l’agresseur lui avait tranchée la gorge jusqu’à sa colonne vertébrale
Actualité

Assassinat de Lara Rijs : le légiste révèle que l’agresseur lui avait tranchée la gorge jusqu’à sa colonne vertébrale

14 Sep 2021

Le procès pour faire la lumière sur l’assassinat de la sud-africaine Lara Rijs se poursuit aux Assises ce matin.

La sud-africaine, âgée de 34 avait, pour rappel, connu une fin atroce dans la nuit du 13 au 14 aout 2017, et son corps retrouvé par deux de ses collègues dans son appartement à Grand-Baie.

Quatre ans après, le procès, intenté à son présumé assassin, a repris devant la Cour d’Assises et les travaux sont présidés par le juge Lutchmeeparsad Aujayeb.

Il s’agit d’un procès « avec jury » vu que l’accusé Salib Meerhossen, a décidé de plaider non coupable.

Le principal témoin à avoir déposé dans le cadre de cette affaire a été le Dr Sudesh Kumar Gungadin car il est celui qui avait autopsié le corps de la jeune femme le 15 aout 2017.

Le médecin légiste a expliqué à la Cour que, selon lui, la victime avait essayé de se défendre contre son agresseur, comme en témoignaient les petites lacérations détectées sur ses mains et la perforation dans son abdomen.

Il a précisé que ce qui avait mis fin aux jours de Lara Rijs, a été un violent coup qui lui a été porté au niveau de sa gorge.

Selon le Dr Gungadin, la victime avait eu la gorge tranchée jusqu’à sa colonne vertébrale avec une artère carotide coupée. Et, elle s’est vidée de son sang face à une telle violence.

D’autre part, un officier du Forensic Science Laboratory (FSL) a apporté des précisions concernant les analyses ADN effectuées dans le cadre de cette affaire.

Plusieurs échantillons avaient, en effet, été prélevés, notamment, sur un chauffeur de taxi qui avait véhiculé la victime ainsi que sur deux jeunes femmes. Mais, tous, se sont révélés négatifs.

Cependant, les résultats ont confirmé la présence de l'ADN de l’accusé Meerhossen sur le corps de la victime, notamment entre ses jambes et, pire, dans ses parties intimes.

Plus encore, l’ADN de la victime avait été retrouvé sur un boxer de l’accusé, saisi par les enquêteurs, lors d’une perquisition à son domicile.

Rappelons que la poursuite est menée par Me Jean-Michel Ahsen alors que Meerhossen a fait confiance à Me Ravi Rutnah pour sa défense.

Listen to Wazaa FM LIVE here: http://bit.ly/2XgLqdb
Contact us via WhatsApp 5943 1000
Like our Facebook Page http://bit.ly/2NzAEv4