Marche du 29 août : mise en garde de Hurreeram contre l'agenda des « frustrés politiques »
Marche du 29 août : mise en garde de Hurreeram contre l'agenda des « frustrés politiques »
Actualité

Marche du 29 août : mise en garde de Hurreeram contre l'agenda des « frustrés politiques »

26 Aug 2020

Bobby Hurreeram estime que l'autorisation de la police pour la marche pacifique initiée par Bruno Bruneau pour le samedi 29 août démontre que « nous vivons bel et bien dans une démocratie. » Le ministre des Infrastructures nationales dit ne pas être contre l'initiative de ce dernier « si cela s'avère être vraiment un devoir de citoyen. »

Bobby Hurreeram lance un appel au travailleur social pour qu’il ne se laisse pas manipuler par « les dinosaures politiques que sont Ramgoolam et Bérenger ». Le ministre des Infrastructures nationales est d’avis que ces derniers ont des agendas "antipatriotiques" en exprimant leur intérêt à cette manifestation du samedi 29 août.

Bobby Hurreeram regrette que l'opposition essaye raviver « la haine communale dans la société sur un sujet aussi tragique ». « Qui tirera profit d’une tension communale dans le pays ? », se demande-t-il. « Certainement pas à la population, ni au gouvernement, ni à la relance économique du pays. » « Ne vous laissez pas manipuler par ces « frustrés politiques et ne vous laissez pas berner par ce que certains veulent faire sur les réseaux sociaux », prévient-il.

D'ailleurs, Bobby Hurreeram déplore la démarche d'une radio privée sur l'affaire Wakashio. Il qualifie cette tentative de la boîte de presse qui ambitionne « comme en 2019, de faire revenir désespérément, Navin Ramgoolam comme à la tête du pays". «You cannot ride a dead horse», ironise-t-il. Le ministre des Infrastructures nationales invite ‘cette boîte de presse’ « à aller déposer ses ‘preuves" s’il est crédible dans ses intentions. » Il dit, n'avoir, en revanche aucun doute à l'effet que le désastre causé par le naufrage du Wakashio, « sera derrière nous bientôt ».

A lire aussi