Propos incendiaires de Shakeel Mohamed : « Mone paré pou coule disan moi… »
Propos incendiaires de Shakeel Mohamed : « Mone paré pou coule disan moi… »
Actualité

Propos incendiaires de Shakeel Mohamed : « Mone paré pou coule disan moi… »

01 Feb 2021

Les propos incendiaires du député du Parti travailliste, hier, lors d’un meeting à Quatre-Bornes donnent des frissons dans le dos. « Si bizin desane lors la route, nou pou desane lor la route. Le printemps mauricien est la. La révolution ne se fait pas dans un salon, ni autour d’une tasse de thé avec climatiseur autour. La révolution ca se fait pou tire gouvernement dans pouvoir. Mone paré pou coule disan moi », a déclaré Shakeel Mohamed.
Ces propos rejoignent les craintes formulées par Pravind Jugnauth ce matin, lundi 1er février, au Morne à l’effet que « certaines personnes « veulent créer la division dans la population. La motivation de ces personnes est uniquement d'installer un climat d'instabilité dans le pays. »
Mais là, on ne parle pas d’instabilité, mais d’incitation à la violence, à faire couler le sang et de renverser le gouvernement. « Inacceptable », comme le dit Azaad Peeroo, avocat de profession. « Ce n’est pas le langage civilisé d’un avocat en public, encore moins venant d’un homme politique. C’est bien grave de parler de révolution. Ce qui n’est pas souhaitée dans le contexte difficile que connait le pays actuellement ».
L’homme de loi ajoute que « nous ne voulons surtout pas revivre les périodes noires comme la bagarre raciale qu’a connu le pays dans les années 68*. » Il faut, selon lui « lancer un front commun, pour sortir le pays de la mauvaise passe et non pas se diviser. »


(Ndlr : *En 1968, il y a eu une bagarre raciale dans le pays entre deux communautés. D’autres émeutes ont eu lieu après la mort du chanteur Kaya le 21 février 1999)