Zlecaf : Maurice contemple à nouveau l’Afrique
Zlecaf : Maurice contemple à nouveau l’Afrique
Actualité

Zlecaf : Maurice contemple à nouveau l’Afrique

05 Feb 2021

En retard sur le calendrier en raison de la pandémie de Covid-19, la zone de libre échange qui regroupe 54 pays africains est effective depuis le mois dernier.

Ce vaste chantier commercial et économique, connu en anglais sous le sigle AfCFTA (Africa Continental Free Trade Area) et en français sous l’acronyme Zlec ou Zlecaf (Zone de Libre-Echange Continentale Africaine), représente sur papier le plus grand marché commun au monde. Sont concernés 1,2 milliard d’individus, ce qui rend immense son potentiel tant en ressources humaines qu’en ressources naturelles.

Maurice a ratifié cet accord en décembre 2020 et se prépare à tirer pleinement avantage de cette ouverture encore plus grande sur un continent dont les attraits sont plus séduisants aujourd’hui, mais qu’une méconnaissance et des déboires rendent hésitantes les démarches de nos décideurs comme nos opérateurs économiques.

Le ministère des Affaires étrangères, de l'Intégration régionale et du Commerce international a réuni en décembre dernier différents partenaires pour développer une stratégie nationale. Celle-ci a pour vision d’appuyer la diversification économique de Maurice en misant pleinement sur le commerce de biens et de services avec d’autres pays africains de la Zlecaf.

« L’avenir est en Afrique, » n’a pas cessé de plaider le chef de la diplomatie mauricienne Nando Bodha, en soulignant en présence des hommes d’affaires mauriciens que des marchés comme le Mozambique, le Kenya, la Tanzanie, le Botswana et l'Égypte, pour ne citer qu’eux, représentent un énorme potentiel d’investissement.

« Le gouvernement s'emploie avec force à développer une stratégie Afrique. A ce propos, une somme d'environ Rs 10 à 12 milliards a été réservée à des projets d'investissement en Afrique », a-t-il annoncé en décembre dernier.
Dans le cadre de cette ouverture commerciale sur le continent, Maurice contemple un projet d'entreposage chez ses plus proches voisins africains, en l’occurrence à Maputo et à Mombasa.

« Les secteurs public et privé devraient collaborer pour lancer des projets en ouvrant de nouveaux marchés et en utilisant les fonds alloués par le gouvernement pour de tels projets en Afrique », plaide encore Nando Bodha.

Suppression de 90% des taxes douanières sur les biens et les services

Ce chantier vise à accroitre le commerce intra-africain et donner une nouvelle impulsion au développement du continent. Mais la transformation sera longue. La suppression de 90% des taxes douanières sur les biens et les services sera étalée sur une quinzaine d’années.


Entre-temps, Maurice a été nommée coordinatrice du Groupe africain à l’Organisation mondiale du commerce. L’annonce a été faite, hier, mercredi 3 février par le Government Information Services. Dans le contexte de l'entrée en vigueur de la Zlecaf, cette position donnera à Maurice l'occasion d'accroître son engagement avec d'autres pays africains.

Pour sa part, la Mauritius Revenue Authority a annoncé en janvier de nouveaux règlements douaniers sur les tarifs et les droits d’accise pour aligner nos exportateurs et les importateurs sur les besoins de la Zeclaf.
Au total, 54 pays ont signé l'accord de la Zlecaf, avec 30 pays qui l'ont ratifié. L’envergure de cette zone de libre-échange séduit les agences d’Etat chargées de valoriser la plateforme économique mauricienne, à l’instar de l’Economic Development Board. Son ex-président Charles Cartier affirmait lors d’un atelier de travail piloté par Vision Network Africa que la Zlecaf aidera à « approfondir l’intégration régionale et à stimuler la coopération économique entre les États membres. » L’EDB prévoit que les droits de douane seront supprimés sur 90% des marchandises.
Le projet est pleinement appuyé par la Banque Mondiale qui voit en ce marché « une véritable occasion de stimuler la croissance, de réduire la pauvreté et d'élargir l'inclusion économique dans les pays concernés ». La BM estime que ce marché continental sortira « 30 millions d'Africains de l'extrême pauvreté et augmentera les revenus de près de 68 millions d'autres personnes qui vivent avec moins de 5,50 dollars par jour ».

Banque Mondiale : « La Zlecaf devrait accroître de 560 milliards de dollars les exportations africaines »

Selon l’institution, la Zlecaf devrait augmenter « les revenus de l'Afrique de 450 milliards de dollars d'ici à 2035 (soit une progression de 7 %) tout en ajoutant 76 milliards de dollars aux revenus du reste du monde ». La BM y voit aussi une occasion pour dynamiser le secteur manufacturier et améliorer les conditions de vie en Afrique. La Zlecaf devrait accroître de 560 milliards de dollars les exportations africaines, essentiellement dans le secteur manufacturier, favoriser une progression salariale plus importante pour les femmes (+10,5 %) que pour les hommes (+9,9 %) et augmenter de 10,3 % le salaire des travailleurs non qualifiés et de 9,8 % celui des travailleurs qualifiés.


« La mise en œuvre de la Zlecaf serait un grand pas en avant pour l'Afrique, en montrant au monde que le continent est en train de devenir un chef de file de la promotion du commerce mondial », commente Caroline Freund, directrice mondiale du pôle Commerce, investissement et compétitivité de la Banque mondiale, sur le site de la BM.


Albert Zeufack, économiste en chef de la Banque mondiale pour l'Afrique, abonde dans le même sens, en soulignant qu’il faut oeuvrer avant tout pour donner forme à ce projet. Il s’exprime sur le site de la Banque Mondiale : « La Zone de libre-échange continentale africaine a la capacité d'accroître les possibilités d'emploi et les revenus, ce qui contribue à élargir les perspectives de tous les Africains.

Elle devrait permettre de sortir de la pauvreté modérée environ 68 millions de personnes et de rendre les pays africains plus compétitifs. Néanmoins, la réussite de sa mise en œuvre sera primordiale et il conviendra notamment de suivre attentivement ses effets sur tous les travailleurs — femmes et hommes, qualifiés et non qualifiés — dans tous les pays et secteurs afin de garantir que l'accord porte pleinement ses fruits. »

Listen to wazaaFM live here http://bit.ly/2XgLqdb

WhatsApp 5943 1000
Like our Facebook Page http://bit.ly/2NzAEv4

#Wazaa #WazaaFM #FeelGood