COP27 : Kavy Ramano s'exprime sur le réchauffement climatique

Lors de son discours en Egypte, le ministre de l’Environnement réaffirme l’engagement de Maurice pour combattre le réchauffement climatique.
COP27 : Kavy Ramano s'exprime sur le réchauffement climatique

Le ministre de l'Environnement, de la gestion des déchets solides et du changement climatique, Kavydass Ramano, est intervenu lors de la première table ronde ministérielle de haut niveau sur l'ambition pré-2030. La rencontre a eu lieu, le lundi 14 novembre, au Centre international de convention de Sharm el-Sheikh (SHICC), à l'occasion de la 27e Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques en Egypte.

Lors de son discours, le ministre a souligné que, malgré son taux d'émission de carbone comparativement faible au niveau mondial, la République de Maurice est résolue à contribuer à l'effort mondial pour réduire les impacts du réchauffement climatique. Maurice reste engager dans une transition équitable afin de renforcer la résilience et d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2070. Le gouvernement mauricien cherche à y parvenir en respectant les droits de l'homme, en notant que le changement climatique affecte de manière disproportionnée les personnes socialement et économiquement pauvres, et en honorant le leadership des femmes et des jeunes dans ces initiatives.

Maurice s'est fixé des objectifs plus stricts notamment réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40 % d'ici 2030 et, surtout, éliminer progressivement le charbon dans la production d'énergie à la même date. Une augmentation du pourcentage d'énergie renouvelable dans le mix énergétique à 60% d'ici 2030 est également proposée. Pour passer du paradigme linéaire "extract-make-discard" à une stratégie d'économie circulaire dans le secteur des déchets solides, 20 % des déchets solides municipaux seront collectés pour être transformés en énergie grâce à une collaboration public-privé.

Selon Kavydass Ramano, les engagements mentionnés parmi d'autres coûteront 6,5 milliards de dollars. Il a ajouté que, nous avons l'intention de collecter 35 % de ce coût (6,5 milliards de dollars) localement grâce à des contributions des secteurs public et privé. Toutefois, les 65 % restants dépendront d'une aide financière extérieure. Un plan d'action nationale pour aider l'élément d'atténuation de la mise en œuvre de la NDC pour la période 2021-2030 a déjà été préparé.

Cependant, il a mis l'accent sur le paragraphe 11 de l'article 4, en déclarant qu'il ne sera pas suffisant pour nous permettre de réaliser nos aspirations. Le financement est, en effet, l'un des obstacles qui empêchent d'avancer rapidement. « Conformément au paragraphe 5 de l'article 4, je réaffirme fermement que nous avons besoin d'une assistance financière, technique et de renforcement des capacités, ainsi que d'un accès prioritaire aux technologies pertinentes pour nous aider dans nos efforts de transition », a-t-il déclaré.

COP27 : Kavy Ramano s'exprime sur le réchauffement climatique

A Lire aussi

No stories found.
Wazaa FM
www.wazaa.mu