Transport en commun: un véritable calvaire pour les salariés travaillant à Ebène, les dimanches

Les salariés qui doivent rentrer sur leurs sites de travail à 8 heures, poireautent pendant de longues minutes à la Gare Victoria et l’arrêt d’autobus de Vénus.
mal de tête
mal de têteTansport public

Venir travailler à Ebène est un véritable calvaire, surtout pour ceux venant des régions du nord et de Port-Louis. Le service du transport qui assure la desserte Port-Louis - Rose-Hill, via Ebène ne respecte pas les horaires fixés. Par exemple, les salariés qui doivent rentrer sur leurs sites de travail à 8 heures, poireautent pendant de longues minutes à la Gare Victoria et l’arrêt d’autobus de Vénus.

“Ce dimanche 3 juillet, je me retrouvais à l’arrêt de Vénus depuis 7h40. L’autobus assurant le trajet Port-Louis - Rose-Hill, qui devait démarrer à la Gare Victoria à 8 heures, a pointé son nez à 8h21. C’est une aberration!”, crie cet employé d’une firme privée qui est arrivé à son travail à 8h55. Il s’insurge que ce n’est pas la première fois que cela arrive. Cette situation perdure depuis trois mois.

N, partage le même sentiment de révolte: « C’est inadmissible que chaque dimanche nous soyons confrontés au même problème avec les autobus qui font le trajet Port-Louis et Rose Hill. J'en ai ras-le-bol. En conséquence de ce problème, j'arrive en retard au travail tous les dimanches .»

Même son de cloche chez un universitaire qui travaille à temps partiel à Ebène:« Malgré que l'endroit est considéré comme la planète Pluto, les dimanches, les employés à Ebène ne sont pas des extraterrestres pour qu'ils disposent d'un vaisseau spatial pour arriver à l'heure au travail .» A maintes reprises, des passagers grognent et font entendre leurs colères au chef de gare pour avoir attendu trop longtemps les autobus assurant la desserte Port-Louis - Rose-Hill.

Selon le témoignages de plusieurs employés, le chef de gare leur dit que le bus viendra d’un moment à l’autre, “mais nous continuons à attendre pendant de longues minutes”.

Outrés par cette situation qui perdure, un des usagers suggère: « Les compagnies de bus doivent être plus responsables et le ministre du Transport le doit prendre des mesures à l'encontre de ceux qui ne respectent pas les horaire.»

On peut dire que le dimanche est aussi un jour normal pour beaucoup d'autres personnes. Pour les employés d'Ebène, la vie fonctionne de la même manière sur le lieu du travail. Toutefois, les retards dus au problème du transport ne font que nuire leur journée et le “feel good factor.”

Transport en commun: un véritable calvaire pour des salariés travaillant à Ebène, les dimanches

A Lire aussi

No stories found.
Wazaa FM
www.wazaa.mu