ARTS ET CULTURE : Reprendre les activités artistiques sous de meilleurs auspices

Venir avec un Status of Artist Bill est une louable initiative du ministre des Arts et du patrimoine culturel...
L'optimisme est permis
L'optimisme est permisARTS ET CULTURE

Ce 1er juillet marque le retour à la quasi-normale des activités dans le pays. La fin des restrictions sanitaires dans pratiquement tous les domaines, sauf à des occasions et endroits précis, et le retour aux rassemblements publics sans limitation de nombre vont aider à relancer la machinerie économique du pays. Mais pas que. D’autres secteurs d’activités, tels les arts et la culture, vont eux aussi pouvoir pousser un ouf de soulagement.

Les artistes ont beaucoup souffert des confinements et des interdictions de rassemblement en foule. La reprise va leur donner un second souffle.

Les salles de concert, les discothèques, les événements socioculturels, les expositions d’art plastique, les compétitions de danse, de slam, de poésie, de chant, de théâtre, les tournages de films et de courts-métrages, etc., pourront à nouveau se tenir et s’ouvrir au public, sans contraintes. Les artistes pourront à nouveau travailler et gagner leur vie sans avoir à se soucier des fins de mois difficiles. Ils n’auront plus besoin d’avoir recours au soutien financier du gouvernement, comme à l’époque pas si lointain où ils ne travaillaient pas. Fini les Covid-19 Artists Support Plan ou Self Employed Assistance Scheme, par exemple.
Les artistes pourront à nouveau travailler et gagner leur vie sans avoir à se soucier des fins de mois difficiles.
Le gouvernement, par contre, a mis sur pied différents mécanismes pour soutenir les artistes et les aider à parfaire leurs arts et à s’épanouir professionnellement. Le ministère des Arts et du patrimoine culturel chapeaute plusieurs portefeuilles de financement de projets culturels et artistiques, dont beaucoup sont issus du Budget 2022-23. Il convient aux artistes de se mettre en contact avec le ministère pour pouvoir en profiter.

Le dialogue entre les autorités gouvernementales et les artistes ne doit pas être rompu. Au contraire, ces derniers doivent se voir comme les premiers des partenaires privilégiés du développement artistique et culturel. Les autorités, eux, doivent faire preuve d’humanité, de bonté et de compréhension quand elles interagissent avec des artistes. Sans oublier la contribution du secteur privé, autre acteur incontournable du paysage artistique et culturel mauricien.

Il serait temps, par exemple, qu’on favorise véritablement les talents locaux, en achetant leurs œuvres, par exemple. Pourquoi ne pas obliger des hôtels à vocation touristique à acheter des tableaux d’artistes peintres locaux ? Et à les exposer dans leurs salons ou les placer dans leurs chambres ? La même chose pour des sculptures ou d’autres œuvres créatrices, telle la musique locale. La plupart de nos hôtels ont des tableaux de peintres étrangers aux murs. Il serait temps de privilégier nos artistes locaux.

Pourquoi ne pas obliger des hôtels à vocation touristique à acheter des tableaux d’artistes peintres locaux ?

Redéfinir le statut de l’artiste et identifier de manière concrète les paramètres dans lesquels il fonctionne aideront ce dernier à s’imposer au sein d’une profession redynamisée et dans une corporation à part entière. Dans cette optique, il faut saluer l’initiative du ministre des Arts et du patrimoine culturel de venir avec un Status of Artist Bill. Avinash Teeluck, qui rencontrait la communauté des artistes, hier, 30 juin, leur a promis d’amener ce projet de loi au plus vite au Parlement. C’est définitivement un pas dans la bonne direction, une main tendue vers les artistes, qui leur assurera indubitablement la reconnaissance, la récompense et le respect qu’ils méritent.

Sunil Gohin : CEO - Wazaa FM & Inside News

A Lire aussi

No stories found.
Wazaa FM
www.wazaa.mu