FIN DES RESTRICTIONS : Relancer la machine socio-économique

Ainsi, comme annoncé par le Premier ministre, à partir du jeudi 1er juillet, le pays est reparti sur de nouvelles bases.
FIN DES RESTRICTIONS : Relancer la machine socio-économique

Reparti sur de nouvelles bases.

S’il y a un sujet qui a dominé l’actualité cette semaine, c’est bien la fin des restrictions sanitaires liées à la Covid-19. Du moins dans sa grande majorité. Ainsi, comme annoncé par le Premier ministre, à partir du jeudi 1er juillet, le pays est reparti sur de nouvelles bases.

Plus aucune jauge sur le nombre de personnes qui se réunisse en public, réouverture et reprise des activités dans les secteurs jusque-là encore impactés, tels que les activités artistiques, culturels, ou ceux liés à l’événementiel, relance de la coopération régionale et internationale, ou encore, le Champ de Mars qui retrouve ses turfistes après plus de deux ans. Il s’agit maintenant aux Mauriciens de relancer la machine économique mais aussi sociale.

Depuis début 2020, la pandémie a mis notre pays à genou et sans les aides et autres soutiens gouvernementaux, la situation socioéconomique de nombre de Mauriciens aurait été pire qu’elle ne l’est actuellement. Après deux ans et demi de ralentissement, il faut maintenant cravacher pour refaire notre retard.

Cependant, il ne s’agit pas de céder à l’imprudence. Car le virus est toujours présent. Même si le port du masque n’est plus obligatoire que dans certains lieux précis, il est recommandé de le porter là où le citoyen le juge nécessaire. Il faut aussi continuer à se faire vacciner car notre immunité collective ne doit pas baisser. Nous avons ici-même abordé cette semaine quelques thématiques liées à la reprise.

Nous vous en livrons quelques extraits.

« … Maintenant que les pays semblent mieux organisés pour faire face à la pandémie, la coopération économique et les investissements à l’étranger repartent. Pravind Jugnauth, qui se réjouit de la coopération entre Maurice et le Rwanda, croit fermement en l’avenir des énergies propres. C’est ainsi que notre Premier ministre avance que la transition énergétique ne se fera que si nous maîtrisons les défis du dérèglement climatique et parvenons à résoudre la problématique de l’énergie mondiale. »
« … Notre gouvernement a intérêt à encourager les investisseurs mauriciens à s’allier à des partenaires africains en vue du développement du nouvel ordre mondial qui se dessine. Surtout avec le contexte de la guerre en Ukraine et du redécoupage de la carte géopolitique mondiale. L’Afrique peut concrétiser cette ouverture pour notre petit pays. »
« … Il fallait donc redonner le sourire au peuple. Surtout aux plus démunis, ceux qui chaque jour vivent dans la précarité, qui littéralement travaillent le matin pour manger le soir. Redonner la joie de vivre à ces enfants trop longtemps privés de leur liberté de mouvement. Redonner la pêche aux sportifs, aux noctambules, aux turfistes, aux campeurs et pique-niqueurs, aux fans de musique et de concerts sevrés de leurs activités préférés. Redonner la sérénité aux dévots, aux croyants, aux religieux qui peuvent retrouver leurs lieux de culte et leurs cérémonies en congrégation. »
« … Le Champ de Mars va ainsi à nouveau bouillonner d’activités, le petit parieur va pouvoir se replonger dans l’atmosphère des courses hippiques vécu live and direct. Les familles vont pouvoir respirer l’air libre avec délectation dans les forêts et les parcs, sur les plages, sur les terrains de sport. Les jeunes vont pouvoir retrouver leurs activités de prédilection et leurs loisirs. Chacun va pouvoir se replonger dans son ‘ opium ’, en toute liberté. »
« … Les artistes ont beaucoup souffert des confinements et des interdictions de rassemblement en foule. La reprise va leur donner un second souffle. Les salles de concert, les discothèques, les événements socioculturels, les expositions d’art plastique, les compétitions de danse, de slam, de poésie, de chant, de théâtre, les tournages de films et de courts-métrages, etc., pourront à nouveau se tenir et s’ouvrir au public, sans contraintes. Les artistes pourront à nouveau travailler et gagner leur vie sans avoir à se soucier des fins de mois difficiles. »
« … Il serait temps, par exemple, qu’on favorise véritablement les talents locaux, en achetant leurs œuvres, par exemple. Pourquoi ne pas obliger des hôtels à vocation touristique à acheter des tableaux d’artistes peintres locaux ? Et à les exposer dans leurs salons ou les placer dans leurs chambres ? La même chose pour des sculptures ou d’autres œuvres créatrices, telle la musique locale. La plupart de nos hôtels ont des tableaux de peintres étrangers aux murs. Il serait temps de privilégier nos artistes locaux. »

En conclusion, comme la plupart des Mauriciens le reconnaissent, la gestion de la crise sanitaire a été bien menée par le gouvernement. Pravind Jugnauth a su prendre les décisions qu’il fallait au moment où il le fallait. Même des décisions qui ont pu être impopulaires auprès de certains.

Cependant, nous, citoyens de ce pays, nous devons savoir prendre nos responsabilités là où il le faut, sans que les autorités aient à nous le dire. Il faut une responsabilisation citoyenne, petits comme grands, riches comme moins riches. Le gouvernement a pris ses responsabilités,il nous incombe d’en faire de même.

Sunil Gohin : CEO - Wazaa FM & Inside News

A Lire aussi

No stories found.
Wazaa FM
www.wazaa.mu