Manger autrement, manger sainement

Nos habitudes alimentaires sont en train de connaître des changements.
Manger autrement, manger sainement

Nos habitudes alimentaires sont en train de connaître des changements.

Nous le constatons ces jours-ci, beaucoup de produits d’alimentation ont vu leurs prix prendre l’ascenseur alors que d’autres ont carrément disparu des rayons de nos supermarchés et boutiques du coin. Les Mauriciens, comme les citoyens du reste du monde, sont impactés par ces augmentations de prix ou par ces restrictions ou autres disparitions de produits de notre vie quotidienne. C’est surtout le contexte de guerre en Ukraine, couplé avec les effets du changement climatique sur l’agro-industrie mondiale, qui en est le principal responsable. Résultat : nos habitudes alimentaires sont en train de connaître des changements.

C’est un fait : les prix augmentent. Le phénomène est mondial. À Maurice, cela est en train d’avoir des conséquences sur le pouvoir d’achat des Mauriciens. Bien sûr, le gouvernement fait de son mieux pour aider, en subventionnant certains produits de base, comme la farine, le gaz ménager et le riz. Ou bien, à travers la State Trading Corporation, trouver d’autres marchés moins onéreux pour importer des produits comme l’huile de table, par exemple. Une partie de la population bénéficie d’aides sociales mais le fait demeure que le coût de la vie augmente régulièrement.

Tout est une question d’équilibre

Cependant, il faut bien qu’on se nourrisse. C’est un des droits fondamentaux de l’être humain. Avec toutes ces limitations, il serait bon pour les Mauriciens de revoir leurs façons de s’alimenter. Nous sommes, malheureusement, champions de monde dans les maladies telles que le diabète, l’hypertension, le mauvais cholestérol, les troubles cardiovasculaires, entre autres. La faute à une alimentation trop riche en sucre, en sel et en matières grasses. Tout est une question d’équilibre. Si on consomme trop de sel, de glucides, ou de graisses on grossi, on développe des maladies, on raccourci notre espérance de vie.

Il serait donc souhaitable qu’on diminue notre consommation d’huile, par exemple. On peut tout à fait cuire nos aliments à l’eau, à la vapeur, au four, sur le grill et ainsi utiliser moins d’huile. Idem pour le sucre et les produits sucrés. Les boissons gazeuses, dont les prix ont aussi augmenté, sont bourrées de sucre. Tout comme les jus de fruits en boîte. C’est mieux de manger un fruit au naturel que de le consommer sous forme de jus transformé, rempli d’additifs et de sucre. Et boire plus d’eau.

Même chose pour les produits céréaliers comme le riz, les pâtes, les céréales, les farines raffinées, les pains, ou les faratas, dholl puris, « gato delwil », etc. Ou le lait et les produits laitiers. Il faut savoir les consommer avec modération, sans excès. Ou même carrément arrêter d’en manger et aller plus vers des aliments plus sains, tels que les légumes, les légumineuses, les fruits.

Manger moins mais manger plus sainement

c'est donc un défi personnel qu’il nous faut relever. Ne plus faire de repas copieux et lourds en fin de soirée est aussi un autre défi pour nombre de Mauriciens. Tout comme le fait de diminuer notre dépendance envers la malbouffe, les fast-foods si bons pour le palais mais si mauvais pour notre santé. Bref, ce serait bien qu’on profite de ces prix qui augmentent pour nous tourner vers d’autres aliments moins chers mais plus sains, ou pour tout simplement rayer certains produits de notre vie. Mangeons autrement, mangeons sainement.

Sunil Gohin,

CEO de Wazaa FM et d’Inside News

A Lire aussi

No stories found.
Wazaa FM
www.wazaa.mu