Commission Caunhye : Sir Hamid Moollan et la Platinum Card Saga

Commission Caunhye : Sir Hamid Moollan et la Platinum Card Saga

Selon la Commission Caunhye, Ameenah Gurib-Fakim aurait violé l’article 64 de la Constitution en nommant Sir Hamid Moollan dans sa propre commission d’enquête.

Selon le rapport Caunhye, rendu public le vendredi 16 septembre, c’est Sir Hamid Moollan qui avait été contacté pour présider la commission d’enquête que l'ancienne présidente Ameenah Gurib-Fakim voulait mettre en place sur elle-même après que l’affaire Platinum Card saga a éclatée. En effet, Sir Hamid Moollan avait reçu un appel téléphonique de Me Noël, qui l'appelait au nom de la présidente.

Lors de cet appel, on lui aurait demandé s'il était prêt à présider une commission d'enquête sur l'affaire Sobrinho qui partait dans tous les sens. L'homme de loi aurait répondu qu'il n'avait aucune objection à condition que toutes les formalités et procédures soient remplies.

Toujours au téléphone, Me Noël lui aurait dit que Mme Gurib-Fakim souhaitait lui parler mais ce dernier a répondu que ce n'était pas nécessaire. Néanmoins Me Noël a passé le téléphone à Mme Gurib-Fakim où ils ont simplement échangé des civilités. Ameenah Gurib-Fakim l'aurait remercié pour avoir accepté l'offre. Il est a souligné que Mme Gurib-Fakim ne lui a pas parlé de l'objet ou des formalités liées à la mise en place de ladite commission d'enquête. C'est la première et dernière conversation que Sir Hamid Moollan aurait eue avec Mme Gurib-Fakim le 16 mars 2018.

Immédiatement après cet appel, Sir Hamid Moollan a écrit une lettre au Premier ministre dans laquelle il faisait référence à la conversation qu’il a eu avec Me Noël. Dans la lettre, il a précisé qu’il n'avait aucune objection à présider une commission d'enquête à condition que toutes les formalités soient remplies. Une copie de cette lettre a également été envoyée à Mme Gurib-Fakim.

[ANNEXE AAE]

Plus tard dans la journée, il a rencontré Me Mohamed à sa demande. Ce dernier lui a fait part de son inquiétude quant au fait que c'était au Conseil des ministres de mettre en place une commission d'enquête. Il a répondu à Me Mohamed qu'il avait déjà informé Mme Gurib-Fakim qu'il était prêt à l'aider à condition que toutes les formalités requises soient remplies.

Sir Hamid Moollan a également dit à Me Mohamed que, puisqu'il était le conseiller juridique de Mme Gurib-Fakim, c'était à lui de s'assurer que les conseils qu'il lui avait donnés étaient suivis. Il n'avait qu'un rôle passif à jouer jusqu'à ce qu'il soit dûment nommé.

Sir Hamid Moollan a ajouté qu'il avait reçu une lettre de nomination de la présidente en date du 16 mars 2018. Cependant, dans l'après-midi du même jour, il a reçu une autre lettre du Premier ministre. Cette lettre faisait référence à sa prétendue nomination en tant que président de la Commission d'enquête. Il aurait été informé qu'une violation grave de l'article 64 de la Constitution avait été commise et que sa nomination était juridiquement invalide et sans effet.

À suivre prochainement sur wazaa.mu, la version de feu Me Yousouf Mohamed, toujours selon le rapport de la Commission d’enquête présidée par l’ex-chef juge Asraf Caunhye.

Commission Caunhye : Sir Hamid Moollan et la Platinum Card Saga

Related Stories

No stories found.
logo
Wazaa FM
www.wazaa.mu