Licencié injustement, un père de famille réclame réparation et justice à MT

Il s’est retrouvé du jour au lendemain sans source de revenus pour subvenir à ses besoins et à celle de sa famille…

Depuis qu’il a perdu son job chez Call Services Limited (CSL) subsidiaire de Mauritius Telecom, il y a plus d’un an, Sujoy n’est plus que l’ombre de lui-même. Les traits tirés par la fatigue et le stress, cet homme, âgé de 46 ans et père d’un garçon de 12 ans, s’est retrouvé, du jour au lendemain, sans source de revenus, pour subvenir à ses besoins et à celle de sa famille. Il doit, à présent, tirer le diable par la queue pour joindre les deux bouts.

Il nous confie qu’il a pu obtenir un emploi, cette semaine. (ndlr : samedi 16 juillet), soit un an après son licenciement. « Je touche un maigre salaire et je dois travailler de 23 h à 8h du matin. Monn finn bizin akcepté sa travay la pou nou pa ress san manzer», nous confie-t-il, la gorge nouée.

Et pourtant, son avenir s’annonçait très prometteur chez Mauritius Telecom (MT), qu’il a intégré en septembre 2017. Apprécié par ses collègues, Sujoy, connu pour son sérieux, était responsable de la logistique et du bon déroulement du planning des transports.

Anomalies

Mais à partir de 2018, Sujoy est interpellé par certaines anomalies en ce qu’il s’agit des factures soumises par le contracteur qui assure le transport des employés de MT. Les itinéraires, nous dit-il, ne correspondaient pas au planning. « J’ai découvert que certaines d’entre elles n’étaient pas à l’agenda initial. C’est-à-dire que, même si un employé s’absentait, le contracteur nous facturait malgré tout. Ou lorsqu’un seul van pouvait assurer le transport de 5 employés pour effectuer un trajet, il utilisait trois ou quatre véhicules », allègue-t-il. Sujoy tombe des nues en découvrant que les factures, selon ses dires, s’élèvent à Rs 1,6 millions au lieu de Rs 1,2 millions mensuellement. Et d’ajouter qu’il serait parvenu à déchiffrer le contenu et y mettre un peu d’ordre. Du moins c’est ce qu’il croyait…

« Dé lamé fer son»

Nous sommes au mois de mai 2021. Alors que le pays est en plein confinement, l’Operation Manager, Mr S, qui travaille pour le compte du contracteur, débarque chez MT et demande à Sujoy de prendre place à bord de sa voiture, histoire de discuter. Selon lui, l’Operation Manager n’est pas passé par quatre chemins. « Dé lamé fer son. Largue travay la», lui aurait-il dit. Comprenant où son interlocuteur voulait en venir, Sujoy a préféré mettre fin à cette brève conversation. « J’ai compris qu’il voulait me soudoyer pour qu’en échange, je ferme les yeux sur des activités louches ».

Il fait part de la discussion entre lui et l’Operation Manager à son supérieur, le comptable. Mais quelques jours après, ses déboires ne font que commencer. Le 13 mai 2021, Sujoy est informé par le General Manager, qu’il sera mis à la porte sur le champ. C’est l’incompréhension totale pour Sujoy. Dévasté à l’idée de se retrouver sans travail, il tente d’avoir des explications au sujet de son licenciement auprès de la responsable des ressources humaines. Mais ses nombreuses requêtes tomberont dans l’oreille d’un sourd. Il essaie d’avoir un rendez-vous avec le CEO, Sherry Singh, mais sa demande est refusée. « J’ai appelé à maintes reprises mais il a refusé de me recevoir ».

Explications pas satisfaisantes

Ne sachant plus vers qui se tourner, il se rend au bureau du travail à Flacq. Mais là, encore une fois, il n’a pu obtenir réparation et justice. Et ce, malgré le fait que les officiers du bureau du travail n’étaient pas satisfaits des explications de Mauritius Telecom concernant le licenciement de Sujoy. Une fois encore, ce dernier n’a pu obtenir de réponses à ses nombreuses questions.

Bâtons dans les roues

Ses déboires sont loin d’être terminés. Sujoy, sachant qu’il a perdu son travail, tente coute que coute de trouver un autre emploi. Mais encore une fois, il se retrouve dans une impasse. « Après m’avoir licencié de façon injuste, ils m’ont mis les bâtons dans les roues en donnant une mauvaise référence à mon sujet lorsqu’une opportunité d’emploi s’est offerte à moi ». C’est pourquoi il s’est tourné vers nous pour que justice lui soit rendu.

A-t-il été victime d’un coup monté ? Serait-il devenu gênant pour certain car il a ouvert la boîte de pandore ? A quelle échelle s’étend le pouvoir et les contacts de ce contracteur ?

Nous avons pris contact avec la responsable des ressources humaines de MT, mais cette dernière nous a raccroché nez. Nous lui avons également envoyé des questions par messages mais à l’heure où nous publions, nous n’avons toujours pas obtenu de réponses.

Affaire à suivre…

A Lire aussi

No stories found.
Wazaa FM
www.wazaa.mu