Afrique du Sud : le parti historique de Nelson Mandela perd sa majorité absolue

Après des années de scandales de corruption et de mauvaise gestion économique, les électeurs ont infligé au parti de Nelson Mandela un coup dur dans les urnes.
Afrique du Sud : le parti historique de Nelson Mandela perd sa majorité absolue

Le parti au pouvoir en Afrique du Sud, le Congrès national africain (ANC), devrait être privé de majorité pour la première fois depuis 30 ans à l'issue des élections générales de cette semaine, marquant ainsi le plus grand changement politique dans le pays depuis la fin de l'apartheid.

Le dépouillement étant pratiquement terminé, le soutien à l'ANC dépassait à peine 40 %, ce qui représente une chute considérable par rapport aux 57,5 % qu'il avait obtenus lors des dernières élections. Le parti d'opposition officiel, l'Alliance démocratique centriste (DA), a obtenu environ 22 % des voix. Derrière eux se trouvaient deux partis dissidents de l'ANC : le nouveau parti uMkhonto we Sizwe (MK), dirigé par Jacob Zuma, a obtenu près de 15 % des voix, et les Combattants pour la liberté économique (EFF), un parti d'extrême gauche, près de 10 %, d'après les données de la commission électorale du pays.

Après des années de scandales de corruption et de mauvaise gestion économique, les électeurs, excédés, ont infligé au parti de Nelson Mandela un coup dur dans les urnes. En conséquence, l'ANC sera contraint de former une coalition pour gouverner. Cyril Ramaphosa, le président de l'Afrique du Sud et de l'ANC - et autrefois le favori de Mandela pour lui succéder à la tête du pays - a promis une « nouvelle aube » lorsqu'il a succédé en 2018 à l'ancien président Jacob Zuma, tombé en disgrâce. Mais beaucoup estiment que ces promesses ne se sont jamais concrétisées et que les résultats des élections reflètent une population profondément frustrée par la direction du pays. Les Sud-Africains pourraient maintenant être confrontés à des semaines d'incertitude politique, alors que l'ANC cherche à conclure un accord de coalition avec ses anciens rivaux.

La réprimande de l'ANC n'était guère inattendue, reflétant le mécontentement généralisé à l'égard du parti au pouvoir. Mais l'ampleur des déficits a surpris certains. « Ce que nous avons constaté, c'est que les électeurs sont mécontents de l'histoire récente de l'ANC. En particulier ce qui s'est passé pendant les années Zuma et ce qui s'en est suivi", a déclaré Melanie Verwoerd, analyste et ancienne députée de l'ANC. Il y a eu « une arrogance générale et une perte de connexion avec l'électeur en général du côté de l'ANC », a déclaré Verwoerd, ajoutant que des partis comme MK et l'EFF ont capitalisé sur ce mécontentement.

READ MORE

No stories found.
logo
Wazaa FM
www.wazaa.mu