Changement climatique : un nouveau fonds viendra en aide aux pays en développement

Dans les petits États insulaires, entre 2000 et 2022, des pertes économiques annuelles de 1,7 milliard de dollars peuvent être attribuées au changement climatique.
Changement climatique : un nouveau fonds viendra en aide aux pays en développement

Le conseil d'administration de la Banque mondiale (BM) a approuvé, la semaine dernière, le rôle de la Banque mondiale en tant que secrétariat intérimaire et administrateur d'un fonds destiné à répondre aux pertes et dommages causés par le changement climatique.

Lors de la COP28, une décision historique a été prise par 198 pays pour aller de l'avant avec un fonds destiné à fournir un soutien financier aux pays vulnérables les plus durement touchés par l'impact du climat. Depuis la COP28, la Banque mondiale a travaillé dans l'urgence pour rendre le Fonds opérationnel en tant que fonds intermédiaire financier (FIF) hébergé par la Banque mondiale pour une période intérimaire de quatre ans. La décision prise représente une étape importante sur la voie de l'opérationnalisation du Fonds, en collaboration avec le Conseil d'administration du Fonds de réponse aux pertes et dommages.

La BM a salué la décision du Conseil d'administration et du rôle que jouera le nouveau Fonds en apportant le soutien et l'espoir nécessaires aux populations et communautés pauvres et vulnérables des pays les plus durement touchés par les effets du climat. Le conseil d'administration du Fonds est indépendant de la Banque mondiale et dispose de sa propre structure de gouvernance. Il déterminera les principales priorités, y compris les décisions de financement, les critères d'éligibilité et les politiques de gestion des risques. Le Fonds devrait être opérationnel au cours des prochains mois.

Il est bon de savoir que dans les pays à faible revenu, tels que les pays les moins avancés (PMA) et les petits États insulaires en développement (PEID), les coûts du changement climatique sont plus importants dans le contexte de ressources limitées, d'un niveau d'endettement élevé sans marge de manœuvre fiscale, et d'économies plus petites. Par exemple, les PEID enregistrent cinq fois plus de décès imputables au changement climatique (par million d'habitants) que les autres pays.

Dans les petits États insulaires, entre 2000 et 2022, des pertes économiques annuelles de 1,7 milliard de dollars peuvent être attribuées au changement climatique, ce qui représente 0,8 % du PIB collectif des PEID chaque année.

READ MORE

No stories found.
logo
Wazaa FM
www.wazaa.mu