SOCIÉTÉ : Pour une citoyenneté responsable

Chaque citoyen est ptentiellement une boîte de Pandore d'idées, de convictions, d'engagement, de solidarité...
SOCIÉTÉ : Pour une citoyenneté responsable
Un citoyen se doit être responsable et digneSOCIÉTÉ

L’actualité cette semaine est dominée par les débats budgétaires à l’Assemblée nationale. Opposition et gouvernement se sont donnés à cœur joie lors de leurs interventions, chacun défendant son pré carré. Le Budget 2022-23 sera vraisemblablement voté la semaine prochaine et le gouvernement devra s’atteler à rendre concrètes les mesures annoncées. Ceci dit, nous avons cette semaine, dans cette colonne, abordé des thématiques citoyennes qu’il serait bon de rappeler. Des thématiques qui expriment le vœu pieux de responsabiliser nos citoyens.

Nous avons ainsi choisi de parler de notre jeunesse, l’avenir du pays comme on le dit d’habitude, qui, cependant, ne rimerait plus avec richesse. Nous avons fait un plaidoyer pour l’autosuffisance alimentaire et la situation urgente dans laquelle se trouve Maurice. Les droits de citoyens sont garantis sous la Constitution et ceux qui s’estiment lésés ont toujours la possibilité de recourir à la justice, la police ou d’autres institutions pour les faire rétablir. Cependant, nous rappelons que qui dit droits dit aussi responsabilités. Des responsabilités qu’il faut prendre mais dont certains se moquent. Nous avons aussi fait un plaidoyer pour l’entrepreneuriat et pour le développement d’une culture entrepreneuriale, surtout chez nos jeunes. Nous vous livrons, pêle-mêle, de larges extraits de ces appels à une responsabilisation citoyenne.

« … Comment expliquer que nous importons tant de légumes, par exemple, alors que nous vivons dans un pays ayant un très riche passé agricole et des centaines d’hectares de terres arables ? Comment expliquer que nous importons du poisson alors que nous sommes entourés d’eaux poissonneuses ? Comment expliquer que l’élevage de poulets, de bétail et d’autres animaux de ferme soit si négligé ? Comment expliquer que nos jeunes se détournent de l’agro-industrie et de l’industrie de la pêche alors qu’il y a de l’argent à se faire mais aussi des moyens pour rendre Maurice autosuffisant sur le plan alimentaire ? Comment expliquer que le citoyen ne pratique presque plus la culture maraîchère chez lui, dans son petit jardin, dans sa cour ou sur le toit de sa maison ? »

« … Les citoyens de ce pays ont les moyens de rendre Maurice autosuffisant dans une grande partie du secteur alimentaire. Il faut que les Mauriciens, surtout les jeunes, réalisent qu’il nous faut un retour à la terre. Les pénuries actuelles et les augmentations des prix doivent suffire à provoquer ce déclic. Mettons-nous à faire du " market gardening " : produisons ce dont nous avons besoin en cuisine. Ne nous fions pas uniquement aux produits importés. »

« … Transmettre la connaissance et le savoir ne doit pas reposer uniquement sur les épaules des enseignants. Les parents sont tenus d’expliquer les usages du monde professionnel à leurs enfants. Il faut discontinuer avec la pratique d’assister le jeune adulte comme s’il était toujours un enfant. Des parents qui laissent le jeune qui en a fini avec l’éducation académique vivoter à la maison et qui encouragent l’oisiveté de leurs rejetons doivent revoir leur copie. »

« … Ces jeunes grandissent avec l’idée que la vie est facile, que l’effort ne sert à rien, que le respect est démodé, que le travail assidu et le dévouement sont passés de mode. Dans leur grande majorité, ces jeunes ne veulent pas apprendre de ceux qui ont l’expérience, veulent des emplois très bien rémunérés mais, paradoxalement, veulent passer moins d’heures au boulot ; ils changent de travail comme ils changent de sous-vêtement, n’ont aucun esprit d’équipe, ne veulent prendre aucune initiative et ont une susceptibilité à fleur de peau. »

« … Il est dit qu’il vaut mieux donner une canne à pêche à une personne et lui expliquer comment pêcher plutôt que de lui donner un poisson. C’est cela la valorisation de l’effort. Hélas, nombre de citoyens ne veulent pas faire d’effort mais ils souhaitent quand même avoir le poisson. C’est une culture de l’assistanat qu’il faut user avec discernement sous peine de produire une société qui ne sait plus prendre ses responsabilités. »

« … Mais il est aussi vrai que le citoyen doit aussi prendre ses responsabilités quand et où il le faut. Plus de boucs émissaires, plus d’excuses. Si chacun, même celui qui est au plus bas de l’échelle sociale, fait sa part des choses, la société saura reconnaître ses efforts et lui donner un coup de main le moment venu. Les droits vont de pair avec les responsabilités. »

« … Ce qu’il nous faut, à termes, ce sont des jeunes qui développent de vraies valeurs entrepreneuriales, qui grandissent en se disant qu’une fois les études terminées, ils créeront leur propre entreprise et seront leur propre patron. C’est de cette culture dont Maurice a besoin si nous voulons grandir en tant que nation vraiment indépendante. Nous avons besoin de jeunes Mauriciens qui produisent et qui offrent les produits et services que nous importons actuellement. Cela demande un changement de mentalité à tous les échelons, de la cellule familiale aux plus hautes instances décisionnelles du pays. »

Sunil Gohin

CEO

Wazaa FM & Inside News

SOCIÉTÉ : Pour une citoyenneté responsable

A Lire aussi

No stories found.
Wazaa FM
www.wazaa.mu